• Tel : 03 90 40 27 60
  • contact@vetis.org

Actu

Le FLE (Français Langue Etrangère)

Pour beaucoup de nos salariés étrangers, le premier obstacle qui les éloignent du monde du travail est la barrière de la langue. Il est donc primordial pour Vetis de leur permettre de suivre des cours de Français Langue Etrangère (couramment abrégé en FLE). Cependant, depuis mars 2018, il n’y a plus de financement pour les formations en FLE aux entreprises et ateliers d’insertions. L’occasion pour nous d’être créatif et de trouver de nouvelles solutions afin de pallier à ce nouveau manque.

Le FLE, qu’est-ce que c’est ?

 

Cette dénomination est utilisée lorsque la langue Française est enseignée à des non francophones. Les cours sont donnés dans un but culturel, touristique ou encore dans le cas qui nous intéresse ici, professionnel.

Des structures à but non lucratif peuvent dispenser des cours gratuits (maisons de quartier, centres sociaux, etc.) où les enseignements sont généralement assurés par des bénévoles. Cependant, certaines structures associatives ou collectivités territoriales, dont l’objectif est l’intégration sociale des étrangers résidant en France, recrutent également des professionnels pour assurer les formations linguistiques de FLE ou d’alphabétisation.

Arrêt des financements = nouvelles difficultés

 

Cette décision des institutions de mettre fin (pour le moment) au financement des formations en Français Langue Etrangère est problématique.

À Vetis, environ 25% de notre effectif n’a pas le français pour langue maternelle. Dans ce contexte, il est absolument indispensable pour des structures comme la nôtre de pouvoir dispenser des cours de FLE aux personnes qui en ont besoin. En effet, comment trouver un travail en France quand on ne parle pas correctement la langue du pays ?

Aujourd’hui, Vetis a la chance de compter sur la présence d’Anne Gauger, professeur de français, qui donne bénévolement de son temps pour enseigner le FLE à nos salariés. C’est l’occasion pour nous de la remercier chaleureusement pour tout ce qu’elle peut apporter à notre association.

Cependant, Anne ne peut pallier à la totalité de nos besoins. Il est donc indispensable de trouver de nouveaux professeurs de FLE pour nos salariés.

Amis de Vetis, vous l’avez bien compris, nous avons besoin de vous ! Les instituteurs, les professeurs de français et autres professionnels du FLE souhaitant donner un peu de leur temps sont les bienvenus !

 

Merci de nous contacter par courriel à contact@vetis.org ou par téléphone au 03.90.40.27.60

Développpement durable

Du 30 mai au 5 juin 2018 : Semaine européenne du développement durable

La semaine européenne du développement durable (SEDD) est une manifestation annuelle d’ampleur européenne organisée du 30 mai au 5 juin. Elle a pour objectif de promouvoir le développement durable et ses enjeux, ainsi que les acteurs tournés vers le développement durable et la transition écologique.

Cette année, Vetis s’engage grâce à deux collaborations différentes :

Du 28 mai au 8 juin : Collecte de vêtement chez Ingérop à Oberhausbergen.

 

Comme chaque année, Vetis et Ingérop Oberhausbergen organisent une collecte de vêtements à l’occasion de la semaine du développement durable.

Cette année, il a été décidé de placer le conteneur à vêtement sur le parking, et non à l’intérieur des bureaux comme les années précédentes.

En effet, pour la première fois, l’ensemble des entreprises environnantes d’Ingérop pourront participer à cet événement. Le conteneur restera pour une durée de deux semaines. La communication autour de l’événement a été étendue aux autres entreprises du parc.

Vetis collectera également des jouets au profit de l’association Carijou durant cette période.

Du 30 mai au 5 juin : Collecte de vêtements à l’école Robert Schumann

 

Trois étudiantes de l’école de commerce OMNIS organisent une collecte de vêtements au profit de l’association Vetis lors de la semaine du développement durable du 30 mai au 5 juin.

Pour sensibiliser les plus jeunes à la problématique du recyclage textile, l’événement se déroule au sein de l’école primaire Robert Schumann. L’idée générale est de préparer les élèves à une démarche de développement durable et d’économie solidaire.

Un container en carton est placé au sein de l’école pour recueillir les vêtements donnés par les élèves et le personnel d’établissement.

Fermeture exceptionnelle

Le magasin de Schiltigheim sera exceptionnellement fermé ce mercredi 9 mai.

Les magasins de Niederhausbergen et de l’Esplanade resteront eux ouverts aux horaires habituels.

Merci de votre compréhension.

Oeufs de pâques

Fermeture exceptionnelle de nos magasins pendant les fêtes de Pâques

Attention chers clients, nos magasins seront exceptionnellement fermés du vendredi 30 mars au lundi 2 avril inclus.
Joyeuses Pâques à toutes et à tous !

Interview d’Anne Marinelli

Ce mois-ci, nous nous entretenons avec Anne Marinelli, encadrante administrative chez Vetis depuis un an. Elle va nous parler de son poste et de ses missions au quotidien.

Bonjour Anne Marinelli, Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous raconter comment êtes-vous arrivée à Vetis ?

Je m’appelle Anne Marinelli, j’ai 53 ans, et je suis arrivée il y a un peu plus d’un an chez Vetis au poste d’encadrante administrative après une brève période de chômage. Auparavant, j’ai connu diverses expériences professionnelles en tant qu’employée administrative, chef de projet et comptable paie, dans divers secteurs d’activité comme le BTP, l’informatique, l’industrie, puis en tant qu’assistante RH au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg durant 24 ans.

Quelles sont vos missions principales ?

Mes missions chez Vetis sont assez diversifiées. Je suis chargée de toute la partie administrative et comptable de l’association. Au niveau des Ressources Humaines, je m’occupe en collaboration avec notre assistante N., de toute la partie contrats, paies et certificats de travail. Mon rôle est donc également d’encadrer N. afin de lui transmettre toutes mes connaissances pour la préparer à travailler dans ce secteur après son passage chez Vetis.

A ce sujet, en quoi consiste votre travail d’encadrante au quotidien ?

Au quotidien mon rôle en tant qu’encadrante consiste à donner du travail à N. tout en lui expliquant et en lui montrant les processus à suivre. Il faut savoir qu’en RH tout est régi par des textes de loi très stricts. Mon travail est donc de former, de transmettre mes savoirs mais aussi d’apprendre à apprendre par soi-même.

Que veut dire pour vous accompagner ?

Accompagner, ne veut pas dire vérifier toutes les deux minutes que la personne effectue son travail correctement. C’est surtout apprendre à une personne à travailler, à prendre des initiatives personnelles, et à devenir autonome. Je suis quelqu’un qui sait déléguer, en général, lorsque j’explique quelque chose je vois tout de suite si la personne a bien compris, puis je laisse faire. Pour moi, le meilleur moyen d’apprendre c’est de se débrouiller seul, en s’inspirant de ce qui a déjà été fait auparavant, et de l’appliquer, voir même de l’améliorer.

Quelles sont les difficultés liées à votre fonction ?

Etre encadrante est une première pour moi. J’ai donc dû m’adapter à cette nouvelle casquette. Le plus difficile au départ, a été de préparer des sujets de cours bien spécifiques, et les adapter aux besoins de N. J’aime enseigner et transmettre mes connaissances. Après plus de trente années de travail, je pense avoir acquis de bonnes connaissances professionnelles. Je suis patiente et diplomate, c’est donc un vrai plaisir de transmettre tout ce que j’ai appris.

Quel est pour vous votre plus grande réussite en tant qu’encadrante ?

N’ayant pas beaucoup de recul, je dirais que ma plus grande réussite est l’évolution de N. Je suis peut-être à l’origine de son souhait d’apprendre le métier d’assistante des ressources humaines. J’ai certainement transmis l’envie d’exercer ce métier, de lui donner la motivation nécessaire pour continuer dans ce domaine. Au départ ce n’était pas vraiment ce qu’elle voulait faire. Je suis assez fière qu’elle ait fait ce choix. A présent, mon plus grand souhait serait qu’elle décroche un emploi à la fin de son contrat. Ça serait magnifique !

L’ESS au quotidien

À l’occasion du mois de l’ESS en novembre dernier, nous avions commencé à vous présenter via une petite vidéo ludique ce qu’est l’économie sociale et solidaire. Du 26 au 31 mars, ce sera la semaine de l’ESS à l’école, l’occasion pour nous de revenir plus largement sur ce concept dont Vetis fait partie.

 

L’ESS, à l’origine

L’Economie Sociale et Solidaire puisent ses racines de la fusion de deux concepts : L’économie sociale (Coopératives, mutuelles associations etc…) qui défend la prévalence de l’homme sur le bénéfice financier, et de l’économie solidaire dont l’objectif premier est l’utilité sociale comme la lutte contre le chômage et l’exclusion sociale.

L’ESS est aussi né d’un constat : notre société est trop centrée sur le profit et pas assez sur l’humain.

Il s’agit donc de mettre l’économie au service de l’homme. Les valeurs principales qui y sont associées sont le partage des richesses, la solidarité ainsi que le respect de l’homme et de l’environnement.

L’ESS, dans nos vies, au quotidien

 

Depuis le 31 juillet 2014, l’ESS est doté d’une définition légale que voici :

Extrait de l’article 1er de la loi :
L’économie sociale et solidaire est un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine auquel adhèrent des personnes morales de droit privé qui remplissent les conditions cumulatives suivantes :

  1. Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices
  2. Une gouvernance démocratique, définie et organisée par les statuts, prévoyant l’information et la participation des associés, des salariés et des parties prenantes aux réalisations de l’entreprise.
  3. Une gestion conforme aux principes suivants :
    – Les bénéfices sont majoritairement consacrés à l’objectif de maintien ou de développement de l’activité de l’entreprise.
    – Les réserves obligatoires constituées, impartageables, ne peuvent pas être distribuées.

Texte de loi complet

Aujourd’hui, L’ESS représente près de 2,3 millions d’emplois, soit plus de 10% de l’emploi salarié en France, et plus de 100 000 nouveaux emplois chaque année. C’est donc un secteur en plein essor, porteur d’emploi, qui investit sur des projets relocalisés (et surtout non délocalisable) afin de créer du lien social sur les territoires.

Les-secteurs-d-emploi-de-l-economie-sociale-et-solidaire

Les champs d’actions de l’ESS sont très divers : Environnement, financiers, structures d’insertions par l’activité économique etc.

Au final, les structures de l’économie sociale et solidaire sont présentes un peu partout dans nos vies et notre quotidien.

Comme les vidéos valent mieux que les longs discours, nous vous laissons découvrir cette vidéo issue du CRESS* des Pays de Loire.

*CRESS : Chambre régionale de l’Economie Sociale et Solidaire

Sources :

http://www.lelabo-ess.org/+-ess-+.html

http://www.avise.org/decouvrir/economie-sociale-et-solidaire/ess-de-quoi-parle-t-on

Pour aller plus loin :

http://www.cress-grandest.org/

http://www.mescarnetsdecampagne.com/ 

 

 

 

 

Reportage de France Bleu Alsace sur Vetis

Le 1 février 2018, France Bleu Alsace est venu enregistrer dans nos locaux un reportage sur Vetis.

Découvrez ici l’article original au format web

Premier bilan de l’année 2017

La fin d’année est souvent le temps des bilans. Nous avons voulu vous communiquer quelques éléments marquant de l’année 2017. Nous en profitons pour remercier chaleureusement l’ensemble de nos contributeurs, partenaires, donateurs et bénévoles. Sans eux, sans vous, Vetis ne pourrait pas continuer à aider, accompagner, professionnaliser.

Cette année, nous avons mis l’accent sur davantage de formations internes et externes pour nos salariés. Le travail sur l’employabilité de chacun maximise les chances de réussite à la sortie de Vetis.

Quelques chiffres :

2 040 heures de formations externes ont été dispensées.

105 heures de formations internes.

Près de 500 tonnes de textiles, linge et chaussures (TLC) ont été collectés dont près de 200 grâce aux Vetibox sur l’Eurométropole.

Et encore :

P et T (*) ont obtenu leur CACES 1, 3 et 5.

A, avec son diplôme de préparation de commande (finalisé en novembre) a pu aussi avoir son permis ! Sa nouvelle voiture a facilité son embauche dans un organisme de presse.

détient le CCP2 (certificat de compétence en vente).

Z, J et M sont titulaires du titre  professionnel « Employé commercial en magasin ». Deux d’entre elles sont vendeuses à Camaîeu et Naf Naf

P est employé libre-service

Nous continuerons à nous développer en nous appuyant sur nos valeurs fondamentales que sont la solidarité, le respect et le développement durable.

Vetis et l’ensemble de l’équipe vous souhaite de très joyeuses fêtes de fin d’année !

*Nous préservons l’anonymat de nos salariés

17 octobre 2017 : La journée avec les jeunes d’Unis-Cités

Le 17 octobre dernier, nous avons accueilli les jeunes d’Unis-Cités Alsace à Vetis, afin de les sensibiliser aux problématiques du recyclage textile, du développement durable et de l’insertion.

Unis-Cités est une association née en 1994, qui permet à plus de 16 000 jeunes de 16 à 25 ans d’effectuer un service civique chaque année.

Au cours de cette journée, les jeunes ont pu s’essayer aux différents métiers proposés chez Vetis comme le tri des vêtements, le chargement et la manutention des marchandises ou la vente en magasin.

Toutes la journée, ils se sont acquittés de leurs tâches avec entrain et enthousiasme.

Nous tenons à remercier chaleureusement toute l’équipe d’Unis-Cités Alsace pour leur dynamisme et leur gentillesse !

Collecte_RT

Vetis à l’école européenne de Strasbourg pour la semaine du développement durable

Dans le cadre de la semaine du développement durable, nous sommes intervenus à l’Ecole Européenne de Strasbourg auprès de plusieurs classes de différents âges, afin de sensibiliser le jeune public à la problématique de la gestion des déchets textiles.

Nous avons également installé durant deux semaines deux de nos vetibox afin de donner la possibilité aux élèves ou à leurs parents de nous donner des vêtements.

1