• Tel : 03 90 40 27 60
  • contact@vetis.org

Actu

Information : Covid-19

Chers clients,

Suite au mesures prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19, nos trois magasins resteront fermés jusqu’à nouvel ordre.

Nous suspendons également toutes les collectes de vêtements en entreprise ou à domicile.

En ce moment difficile et particulier de la vie du pays, toutes nos pensées vont aux équipes médicales sollicitées dans les hôpitaux afin de soigner la population.

Afin de protéger les plus fragiles, restez chez vous !

À bientôt !

Interview de Marie, porteuse d’un projet de friperie itinérante et vendeuse chez Vetis.

Ce mois-ci, nous vous proposons le portrait de Marie, vendeuse chez Vetis depuis bientôt un an, qui est en train de monter son projet de friperie itinérante en Alsace.

Bonjour Marie ! Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous parler de votre parcours ?

Je m’appelle Marie j’ai 23 ans et je suis vendeuse chez Vetis depuis bientôt un an.

Ayant toujours été attirée par l’univers du textile, j’ai fait un DMA (Diplôme des Métiers d’Arts) costumier réalisateur. Je me suis donc dirigée vers des métiers plus manuels au départ.

J’adorais ce que je faisais mais je me suis vite rendu compte de l’impact écologique et sociétal considérable de l’industrie de la mode. J’avais donc envie aujourd’hui d’être actrice d’une démarche éco-responsable et de travailler le textile d’occasion. Il faut dire que quand j’étais petite mes parents m’emmenaient souvent en brocante et en friperie, d’ailleurs je ne m’habille qu’avec des vêtements de seconde main. Je crois que c’est quelque chose que j’ai toujours eu en moi et j’y ai très vite pris goût.  C’est pourquoi j’ai rapidement eu dans l’idée de monter ma propre friperie.

J’ai postulé chez Vetis afin de concrétiser ce projet car je voulais acquérir de l’expérience dans une friperie et participer à cette dynamique tout en me familiarisant avec la vente.

Vous avez commencée à parler de votre projet, pouvez-vous nous le décrire un peu plus ?

Mon projet est de créer une friperie itinérante nommé « La Fripette ». L’idée est de poser  mon camion « Peugeot J7 » dans les rues de Strasbourg, sur les campus, dans les festivals, sur les marchés locaux, voire même dans les événements régionaux afin de faire découvrir aux consommateurs non-initiés les vêtements de seconde main.

Je compte aussi proposer une gamme constituée de vêtements recyclés et revalorisés par mes soins.

Enfin, j’aimerais également animer et proposer des ateliers pour les particuliers afin de rendre davantage de personnes autonomes sur la réparation et le recyclage de leurs vêtements favoris.

La Fripette sera donc une friperie et un atelier de création et de réparation de vêtements ?

Tout à fait. Etant couturière de formation, j’ai besoin de conserver ce côté créatif et j’ai également l’envie de partager mon savoir-faire à tous ceux que ça intéresse. J’aimerais trouver un local, certainement dans le milieu associatif, afin d’y animer des ateliers de réparation et de recyclage textile de façon ponctuelle.

Aujourd’hui,  où en êtes-vous dans l’accomplissement de votre projet ? Avez-vous reçu des soutiens ?

J’ai acheté mon camion ! Sinon à part ça je suis actuellement dans les démarches pour lancer ma micro-entreprise. Je peux évidemment compter sur Vetis dans mes soutiens ! D’ailleurs dans le futur cela aurait du sens pour moi de m’approvisionner en textiles avec les structures d’insertion locales comme Vetis, Emmaüs ou le Relais Est.

Depuis que je travaille à Vetis, je vois énormément de vêtements de très bonne qualité troués ou tachés et qui ne sont pas traités faute de temps ou de moyens pour les réparer. J’aimerais vraiment pouvoir réemployer ces pièces, c’est un créneau sur lequel je souhaiterais me positionner. Je serais fière de pouvoir réparer certaines pièces qui sont pour moi sublimes afin de les proposer à la vente.

Je vais participer demain[1] (le 11 mars) à un évènement nommé « Pitch Pitch Women Series » organisé par Ulule à l’Anticafé à Strasbourg. C’est l’occasion pour moi parler de mon projet et de lancer une campagne de financement participatif pour l’aménagement et la remise en état du camion qui n’est pas tout jeune, ainsi que les premiers emplacements de vente pour « La Fripette ».

Vous avez déjà des pistes d’emplacements possibles ?

Alors je n’ai pas encore entamé les démarches mais oui j’ai des petites idées ! Je vise des lieux comme « La Grenze », des salons, etc… Cela peut être aussi sur des marchés locaux, des événements spécialisés dans le vintage, on verra !

Vous êtes-vous déjà fixée une date de début pour « La Fripette » ?

Non pas tout à fait étant donné qu’il me reste encore plein de choses à réaliser avant de pouvoir me lancer. Il me reste l’aménagement du camion et comme je travaille à Vetis en parallèle il faut que je prenne sur mes week-ends et sur mon temps libre pour pouvoir le faire. Cela va dépendre aussi des formations[2] que je dois effectuer etc…

Idéalement j’aimerais lancer le projet en septembre 2020. Je peux aussi commencer « La Fripette » les weekends et continuer à travailler à Vetis en semaine le temps du lancement. On verra bien !

[1] L’interview a été réalisée le 10 mars soit la veille. Elle a gagné le coup de coeur du public à cette occasion !

[2] Marie va passer des formations diplomantes en vente avec Vetis prochainement.

Le projet de Marie vous séduit ? Vous pouvez la soutenir ou découvrir son projet sur la plateforme ULULE en cliquant sur le lien ci-dessous !

Soutenez le projet 

« French Impact », « Capitale européenne de l’ESS », Strasbourg à la pointe de l’Economie Sociale et Solidaire.

Strasbourg a été désignée par Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’Economie sociale et solidaire Capitale européenne de l’ESS. Cette désignation est officielle depuis le 2 avril dernier.

C’est le fruit des nombreux projets et actions menés par la ville afin de favoriser l’épanouissement des structures de l’ESS sur son territoire.

L’exemple le plus marquant pour Vetis fut la mise en place en 2016 du SIEG (Service d’Intérêt Economique Général) unique en France encore aujourd’hui, qui octroya le marché de la récupération des TLC sur l’Eurométropole (Textiles, Linge de maison, Chaussures) au bénéfice unique de structures solidaires comme la nôtre.

Les rouages de l’ESS

Strasbourg fait maintenant également partie des 20 territoires labélisés « French Impact » en France. L’objectif de ce label est de valoriser les actions réalisées par les collectivités locales en faveur de l’ESS pour les mettre en avant et les inscrire à l’échelon national.

Les « Grands défis de l’ESS »

C’est dans ce cadre qu’a été lancé le 2 avril 2019 « Les grands défis de l’ESS ».  L’objectif est de :

  • Mobiliser le plus largement possible le grand public en faisant connaître les projets et les acteurs de l’ESS locaux
  • Permettre à tous de comprendre ce qu’est l’économie sociale et solidaire en y contribuant concrètement
  • Montrer l’impact collectif des actions individuelles pour encourager les changements de pratique, l’invention de nouvelles solutions, la mise en action d’initiatives soucieuses du bien-être de l’homme et de la protection de la planète.

Bien sûr, Vetis y participe :

« Du Mardi 23 au vendredi 26 Avril 2019, videz vos armoires à l’occasion de l’Osterputz[1] . Apportez les vêtements vous n’avez plus besoin dans l’un des 3 magasins. »

C’est avec ce slogan que nous avons dit oui à l’Eurométropole de Strasbourg. D’autres associations y participe, tel que Emmaüs (pour les meubles et objets) Carijou (pour les jouets) ou encore Envie ( pour l’électroménager)!

Nettoyons par le don : A vos placards, à vos armoires !

Merci d’avance


[1] Osterputz : nettoyage de printemps

Air France en visite à Vetis.

Le 12 Mars dernier, nous avons reçu dans nos locaux de Niederhausbergen une délégation d’Air France dans le cadre d’une journée de solidarité. Cette action a été organisée conjointement par l’entreprise et Unis-Cité.

Ce fut un moment convivial pour nous tous, et l’occasion de présenter nos différentes activités aux salariés de la compagnie. Les équipes ont ainsi pu s’essayer à la vente, à la production, à la collecte de vêtements et même à la construction de Vetibox intérieurs.

Nous souhaitons très chaleureusement remercier l’ensemble du personnel Air France présent ce jour pour leur bonne humeur, leur disponibilité et leur envie de nous aider tout au long de la journée.

Si vous aussi dans le cadre d’une journée de solidarité, vous voulez nous prêter main forte, vous pouvez en parler à votre CE ou nous contacter via notre adresse e-mail : contact@vetis.org.

On fait le bilan de 2018 ?

Bilan 2018

L’année 2018 s’est achevée pour laisser place à 2019. Il est l’heure pour nous de vous souhaiter (en retard !) nos meilleurs vœux et de vous communiquer le bilan de l’évolution de notre structure sur l’année passée.

Collecte :

Vetis a collecté plus de 500 tonnes de textiles dans toute l’Alsace et plus particulièrement sur Strasbourg Eurométropole en 2018.

Emploi :

Vetis a embauché 27 personnes en contrat d’insertion cette année. Cela représente un total de 32 700 heures de travail répartie entre la vente, la production et la logistique.

Création de postes :

Nous avons créé un nouveau poste : Préparateur de commandes.

Cette nouveauté répond à plusieurs attentes :

  • Vous faciliter la vie en vous proposant des produits toujours étiquetés avec des prix toujours affichés en magasin
  • Professionnaliser nos équipes en vente et en production avec des process plus conformes aux réalités des métiers du prêt à porter.

Formations des salariés en insertion :

1 680 heures de formations ont été dispensées à nos salariés. (Formations internes et externes)

Français Langue Etrangère (FLE)

Nous avons mutualisé nos compétences avec une autre structure d’insertion afin de pouvoir dispenser des cours de Français Langue Etrangère (FLE) au sein de Vetis. Nous tenons à remercier chaleureusement Anne Gauger, professeur de FLE bénévole pour son investissement.

Amis de Vetis, l’année 2018 a été pour notre structure une année riche en changements et nouveautés.

De nombreux challenges nous attendent pour 2019. Merci à vous, clients et donateurs pour votre soutien.

L’upcycling

L’upcycling, qu’est-ce que c’est ?

« Upcycling », sous ce mot anglais un peu barbare, se cache une nouvelle tendance liée à la nécessité de changer nos habitudes de vies et de consommation dans un objectif de développement durable.

En bon français, upcycling est traduit sous le terme de « surcyclage », il est défini de la manière suivante :

« Démarche consistant à récupérer des matériaux ou des produits en fin de vie pour les réutiliser dans la confection de nouveaux produits de valeurs supérieures aux précédents. Une sorte de recyclage par le haut, où la philosophie n’est pas de simplement redonner vie à des matériaux ou à des produits, mais bien de créer de la valeur à partir de déchets »*

L’upcycling appliqué à la filière textile.

Selon les chiffres de l’INSEE et d’ECO TLC, 2,6 milliards de TLC (textiles linge et chaussures) sont mis sur le marché chaque année en France. Seulement 36% du gisement potentiel de déchets textiles sont collectés et recyclés. D’où la nécessité de trouver de nouvelles solutions de revalorisation des textiles.**

En effet, l’upcycling dans le monde du textile peut être une solution alternative et complémentaire aux filières de recyclage traditionnelles à l’avenir.

Par exemple, certains créateurs n’hésitent pas à transformer de vieux jeans en sacs ou à assembler des chutes de tissus afin de créer des nouvelles pièces dans la tendance…

L’upcycling à Vetis ?

Nous songeons depuis quelques temps à la possibilité de proposer des ateliers d’upcycling textile au sein de notre structure à Niederhausbergen.

L’objectif ? Continuer de sensibiliser le grand public aux problématiques liées au recyclage textile et vous proposer un service complémentaire à votre démarche d’achat éthique et solidaire.

Vous êtes intéressé(e) ?  Merci de prendre 1 min afin de répondre au questionnaire suivant :

L’upcycling à Vetis

En fonction de vos réponses, nous pourrions commencer dès le mois de mars.

Pour toute information complémentaire, merci de nous appeler au 03 90 40 27 60


Sources : * https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2018/11/19/l-upcycling-le-nouveau-standing_5385362_4497319.html

** https://institut-economie-circulaire.fr/wp-content/uploads/2018/10/focus-textile-sept-2018.pdf

Soirée « Shopping Luxe » à Esplanade

Le 14 décembre dernier, nous avons organisé une soirée événement « Shopping Luxe » au magasin de l’Esplanade.

Quelle belle occasion pour nous de remercier nos plus fidèles clients, en leur présentant en avant-première les plus belles pièces sélectionnées spécialement pour cette soirée.

C’est autour d’un verre de l’amitié que nous avons pu échanger avec celles et ceux qui partagent nos valeurs depuis de nombreuses années.

Ce fut un moment particulièrement convivial que nous nous efforcerons de réiterer en 2019.

Fermeture exceptionnelle l’après-midi du lundi 14 janvier

Chers client(e)s,

Nos trois magasins demeureront fermés l’après-midi du lundi 14 janvier.

Pas d’inquiétude, vous nous retrouverez dès le lendemain ouverts aux horaires habituels.

Merci de votre compréhension.

L’équipe Vetis

Le FLE (Français Langue Etrangère)

Pour beaucoup de nos salariés étrangers, le premier obstacle qui les éloignent du monde du travail est la barrière de la langue. Il est donc primordial pour Vetis de leur permettre de suivre des cours de Français Langue Etrangère (couramment abrégé en FLE). Cependant, depuis mars 2018, il n’y a plus de financement pour les formations en FLE aux entreprises et ateliers d’insertions. L’occasion pour nous d’être créatif et de trouver de nouvelles solutions afin de pallier à ce nouveau manque.

Le FLE, qu’est-ce que c’est ?

 

Cette dénomination est utilisée lorsque la langue Française est enseignée à des non francophones. Les cours sont donnés dans un but culturel, touristique ou encore dans le cas qui nous intéresse ici, professionnel.

Des structures à but non lucratif peuvent dispenser des cours gratuits (maisons de quartier, centres sociaux, etc.) où les enseignements sont généralement assurés par des bénévoles. Cependant, certaines structures associatives ou collectivités territoriales, dont l’objectif est l’intégration sociale des étrangers résidant en France, recrutent également des professionnels pour assurer les formations linguistiques de FLE ou d’alphabétisation.

Arrêt des financements = nouvelles difficultés

 

Cette décision des institutions de mettre fin (pour le moment) au financement des formations en Français Langue Etrangère est problématique.

À Vetis, environ 25% de notre effectif n’a pas le français pour langue maternelle. Dans ce contexte, il est absolument indispensable pour des structures comme la nôtre de pouvoir dispenser des cours de FLE aux personnes qui en ont besoin. En effet, comment trouver un travail en France quand on ne parle pas correctement la langue du pays ?

Aujourd’hui, Vetis a la chance de compter sur la présence d’Anne Gauger, professeur de français, qui donne bénévolement de son temps pour enseigner le FLE à nos salariés. C’est l’occasion pour nous de la remercier chaleureusement pour tout ce qu’elle peut apporter à notre association.

Cependant, Anne ne peut pallier à la totalité de nos besoins. Il est donc indispensable de trouver de nouveaux professeurs de FLE pour nos salariés.

Amis de Vetis, vous l’avez bien compris, nous avons besoin de vous ! Les instituteurs, les professeurs de français et autres professionnels du FLE souhaitant donner un peu de leur temps sont les bienvenus !

 

Merci de nous contacter par courriel à contact@vetis.org ou par téléphone au 03.90.40.27.60

Développpement durable

Du 30 mai au 5 juin 2018 : Semaine européenne du développement durable

La semaine européenne du développement durable (SEDD) est une manifestation annuelle d’ampleur européenne organisée du 30 mai au 5 juin. Elle a pour objectif de promouvoir le développement durable et ses enjeux, ainsi que les acteurs tournés vers le développement durable et la transition écologique.

Cette année, Vetis s’engage grâce à deux collaborations différentes :

Du 28 mai au 8 juin : Collecte de vêtement chez Ingérop à Oberhausbergen.

 

Comme chaque année, Vetis et Ingérop Oberhausbergen organisent une collecte de vêtements à l’occasion de la semaine du développement durable.

Cette année, il a été décidé de placer le conteneur à vêtement sur le parking, et non à l’intérieur des bureaux comme les années précédentes.

En effet, pour la première fois, l’ensemble des entreprises environnantes d’Ingérop pourront participer à cet événement. Le conteneur restera pour une durée de deux semaines. La communication autour de l’événement a été étendue aux autres entreprises du parc.

Vetis collectera également des jouets au profit de l’association Carijou durant cette période.

Du 30 mai au 5 juin : Collecte de vêtements à l’école Robert Schumann

 

Trois étudiantes de l’école de commerce OMNIS organisent une collecte de vêtements au profit de l’association Vetis lors de la semaine du développement durable du 30 mai au 5 juin.

Pour sensibiliser les plus jeunes à la problématique du recyclage textile, l’événement se déroule au sein de l’école primaire Robert Schumann. L’idée générale est de préparer les élèves à une démarche de développement durable et d’économie solidaire.

Un container en carton est placé au sein de l’école pour recueillir les vêtements donnés par les élèves et le personnel d’établissement.

L’ESS au quotidien

À l’occasion du mois de l’ESS en novembre dernier, nous avions commencé à vous présenter via une petite vidéo ludique ce qu’est l’économie sociale et solidaire. Du 26 au 31 mars, ce sera la semaine de l’ESS à l’école, l’occasion pour nous de revenir plus largement sur ce concept dont Vetis fait partie.

 

L’ESS, à l’origine

L’Economie Sociale et Solidaire puisent ses racines de la fusion de deux concepts : L’économie sociale (Coopératives, mutuelles associations etc…) qui défend la prévalence de l’homme sur le bénéfice financier, et de l’économie solidaire dont l’objectif premier est l’utilité sociale comme la lutte contre le chômage et l’exclusion sociale.

L’ESS est aussi né d’un constat : notre société est trop centrée sur le profit et pas assez sur l’humain.

Il s’agit donc de mettre l’économie au service de l’homme. Les valeurs principales qui y sont associées sont le partage des richesses, la solidarité ainsi que le respect de l’homme et de l’environnement.

L’ESS, dans nos vies, au quotidien

 

Depuis le 31 juillet 2014, l’ESS est doté d’une définition légale que voici :

Extrait de l’article 1er de la loi :
L’économie sociale et solidaire est un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine auquel adhèrent des personnes morales de droit privé qui remplissent les conditions cumulatives suivantes :

  1. Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices
  2. Une gouvernance démocratique, définie et organisée par les statuts, prévoyant l’information et la participation des associés, des salariés et des parties prenantes aux réalisations de l’entreprise.
  3. Une gestion conforme aux principes suivants :
    – Les bénéfices sont majoritairement consacrés à l’objectif de maintien ou de développement de l’activité de l’entreprise.
    – Les réserves obligatoires constituées, impartageables, ne peuvent pas être distribuées.

Texte de loi complet

Aujourd’hui, L’ESS représente près de 2,3 millions d’emplois, soit plus de 10% de l’emploi salarié en France, et plus de 100 000 nouveaux emplois chaque année. C’est donc un secteur en plein essor, porteur d’emploi, qui investit sur des projets relocalisés (et surtout non délocalisable) afin de créer du lien social sur les territoires.

Les champs d’actions de l’ESS sont très divers : Environnement, financiers, structures d’insertions par l’activité économique etc.

Au final, les structures de l’économie sociale et solidaire sont présentes un peu partout dans nos vies et notre quotidien.

Comme les vidéos valent mieux que les longs discours, nous vous laissons découvrir cette vidéo issue du CRESS* des Pays de Loire.

*CRESS : Chambre régionale de l’Economie Sociale et Solidaire

Sources :

http://www.lelabo-ess.org/+-ess-+.html

http://www.avise.org/decouvrir/economie-sociale-et-solidaire/ess-de-quoi-parle-t-on

Pour aller plus loin :

http://www.cress-grandest.org/

http://www.mescarnetsdecampagne.com/ 

 

 

 

 

12